Comment accepter son corps post grossesse ? Mon retour d'expérience

accepter son corps

 

Après l’accouchement on est un peu perdue. Il faut dire que tous nos repères évoluent : bébé n’est plus dans notre ventre mais dans nos bras, le schéma familial est modifié, la maison est réorganisée et notre reflet est celui d’un corps déformé entraperçu dans un miroir magique de la fête foraine.

 

Pendant de longs mois j’ai détesté ce corps étranger que je ne me connaissais pas ou plutôt que je ne reconnaissais pas. Je lui en ait voulu, je l’ai détesté puis j’ai décidé de lui faire face et nous nous sommes réconciliés.

 

Faire la paix avec ce corps m’a pris du temps et je dois reconnaitre que vos encouragements notamment sur Instagram m’ont énormément aidés. 

Avant de commencer cet article je voulais donc vous dire merci !

 

J’ai pensé cet article en 2 parties.
La première, celle-ci, où je vous explique comment j’ai fait la paix avec ce corps.

La seconde, où je vous dirais comment je l’ai repris en main.

 

 

Article lié : 6 conseils pour perdre ses kilos de grossesse

 

 

 

Moi, mon corps et ma grossesse

 

Pour commencer je voudrais vous dire à quel point j’ai aimé être enceinte ! Je n’aurais jamais cru que j’aimerai autant ces quelques mois. Pour moi, ça a véritablement été une expérience unique et magique…

Il faut dire que j’ai eu la chance d’avoir une grossesse quasi idyllique. Malgré le fait qu’il s’agissait d’une grossesse très encadrée puisque à risque je n’ai pratiquement souffert d’aucun des nombreux désagréments qui peuvent accompagner la grossesse (simplement un peu de rétention d’eau sur le dernier mois).

Toutes les grossesses sont différentes alors je croise les doigts pour la prochaine 😉

 

Pour ce qui est de mon corps, c’est simple… Je n’ai jamais autant aimé mon corps qu’enceinte! Le fait d’avoir une grossesse idéale y a très certainement contribué d’ailleurs.

Pourtant je vous rappelle que j’ai pris plus de 25 kg pendant cette grossesse là où la prise de poids moyenne pour ma taille (1m59) est de 12 kg. J’ai pris plus du double et je me plaisais ainsi !

 

Si vous vous posez la question alors oui sachez que j’ai un métabolisme peu coopérant qui fait vite grimper les chiffres de la balance et que oui je peux être gourmande.

Par contre, non je ne me suis pas laissez aller à manger pour deux. Je mangeais peu et sainement. Comme les médecins me demandaient de faire plus attention je me suis même souvent affamée pendant cette période (je trouve que l’on culpabilise beaucoup les futures mamans sur ce point… tout ne dépend pourtant pas toujours de nous). 

Enfin, je n’ai pas fait de sport pendant ma grossesse. Je faisais du Krav Maga auparavant mais j’ai évidement dû arrêter avec la grossesse.^^

 

 

Article lié : Comment bien vivre sa grossesse sous anticoagulants ?

 

accepter son corps

 

 

 

Les jours qui ont suivi l’accouchement

 

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux ou que vous me lisez régulièrement alors  vous savez que je n’ai pas eu un accouchement facile. Loin de là…

Au delà du traumatisme de l’accouchement et des blessures que mon corps en a gardé il n’en reste pas moins que je suis tombée de haut !

 

Du jour au lendemain, je n’ai pas reconnu ce corps, loin (trop loin) de ce que j’avais bien pu m’imaginer. Il faut dire que le mythe de jeune maman qui retrouve ses jeans en une semaine est bien entretenu et que les rares exemples que j’avais autour de moi correspondaient à ce cliché.

 

Personne ne m’avait jamais dit qu’il aurait pu en être autrement. Mon reflet dans la glace est une véritable gifle à chacun de mes passages devant le miroir.

J’ai vécu là un véritable désenchantement sans lien bien évidement avec mon fils qui lui était la plus belle chose qui ne me soit jamais arrivé.

 

Il faut dire que la chute est brutale… Notre corps change en 9 mois et évolue doucement et progressivement pendant toute cette période. Avec l’accouchement on passe du tout au rien en quelques heures. Je me suis donc retrouvée face à des kilos qui ne sont pas partis en même temps que bébé (j’ai perdu 7 à 8 kg dans les jours qui ont suivi puis plus rien) et à un corps flasque et mou. 

 

 

Ayant beaucoup apprécié le fait d’être enceinte il est possible aussi que le fait de se retrouver avec ce ventre « creux » n’ait pas aidé.

 

J’ai tout de même fait des efforts et je me suis forcée chaque jour, alors que je restais à la maison, à m’habiller correctement, me coiffer joliment et à me maquiller. Je voulais me faire la plus jolie possible pour mon fils. Je voulais faire cet effort là pour lui et j’espère continuer à le faire encore longtemps (je ne sais pas vous mais moi je suis fan de ces petites mamies super âgées qui font encore l’effort de se maquiller^^).

 

 

Article lié : Mon accouchement difficile doit-il être tabou ?

 

accepter son corps

 

 

 

Mes 6 premiers mois de post partum

 

Cet accouchement difficile m’a beaucoup fatigué. j’ai encore eu il y a quelques mois une intervention suite aux complications de l’accouchement alors que Charlie vient d’avoir 20 mois. Pourtant j’ai repris le travail 3 mois après la naissance de Charlie. Pourquoi ? Principalement parce que je culpabilisais par rapport à mon employeur (#MauvaiseRaison) alors que mon médecin souhaitait m’arrêter encore d’avantage. 

La reprise du travail n’a fait que me fatiguer davantage. J’étais sans énergie et je n’arrivais pas à trouver la force dont j’avais besoin pour me reprendre en main.

 

J’ai donc continuer de détester ce corps pendant de nombreux mois… Je ne supportais plus de le voir et je le cachais tant que je le pouvais derrière d’amples vêtements. Je n’étais pas du tout en phase avec lui.

 

Je n’ai pas perdu de poids pendant toute cette période malgré l’activité de la reprise et je me suis détestée encore davantage pour ça…

Étrangement pourtant je n’ai jamais culpabilisé de tous ces kilos pris pendant la grossesse. En même temps ce serait difficile car j’ai rarement aussi peu manger dans ma vie que pendant cette période.

 

 

 

Article lié : Prise de poids pendant la grossesse : 8 raisons de ne pas culpabiliser

 

accepter son corps

 

 

 

Comment accepter son corps post grossesse ? Mon retour d’expérience

 

Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant « Tiens sympa ce petit bourrelet en fin de compte ! ».

Non, faire la paix demande du temps mais c’est possible. 

 

Pour moi cette réconciliation est d’abord passée par des échanges avec d’autres jeunes mamans sur les réseaux sociaux qui avaient aussi connu la transformation radicale de leur corps. 

Savoir que je n’étais pas la seule dans cette situation n’a rien de réconfortant mais voulait tout de même dire que je n’étais pas la seule et que ce n’était pas une fatalité ou un énième mauvais sort qui accompagnait mon accouchement.

Et puis parmi ces mamans se trouvaient aussi celles qui avaient fini par retrouver leur silhouette avec du temps et beaucoup d’efforts. Cela voulait donc aussi dire que c’était possible.

 

Alors doucement j’ai commencé à transformer le dégout que m’inspirait mon corps non plus en colère mais en objectif. Un objectif que j’ai toujours en tête aujourd’hui et que je poursuis encore (comme quoi tout ne se fait pas du jours au lendemain puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes Charlie a 20 mois).

Mon objectif n’est plus de retrouver mon corps tel qu’il était… Non, j’ai compris que ce ne serait jamais possible. Le corps n’est jamais totalement le même après une grossesse. 

Finalement mon objectif est tout simplement de retrouver un corps dans lequel je me sente bien et qui me plaise.

 

La grande impatiente que je suis s’est faite petit à petit à l’idée qu’il me faudrait du temps, beaucoup de temps.

Ce temps j’en avais d’autant plus besoin qu’avant de pouvoir me lancer vers cet objectif, ce marathon, il me fallait d’abord me reposer. J’ai donc accepté l’idée qu’avant tout changement dans mon quotidien ou mon assiette il fallait que je me repose et que je laisse du temps à mon corps pour se remettre de cette épreuve de l’accouchement.

Je n’avais d’ailleurs toujours pas la permission des médecins pour reprendre le sport.

 

J’ai aussi compris que je n’arriverais pas à reprendre mon corps en mains si je n’arrivais déjà pas à lui faire tout simplement face.

Instagram m’a d’ailleurs aidé à travailler sur mon image dans chacune des photos que j’ai postées de moi.

 

 

Article lié : Recette légère de la salade ceasar à la framboise

 

 

accepter son corps

 

 

 

Voilà un peu le cheminement qui a été le mien en toute transparence.

Je n’ai pas souhaité parler de Daddy Olk dans cet article mais sachez que je n’ai pas voulu perdre du poids pour lui qui a toujours su me trouver belle là où moi je ne souhaitais même plus me regarder.

Pourtant son regard ne m’a pas suffit. Je le précise parce qu’on me dit souvent « mais si tu plais toujours à ton chéri peu importe ». Et bien non ça a de l’importance car c’est avant tout à moi que je veux plaire. J’ai envie de me sentir en harmonie avec ce corps que j’habite et dont j’ai été si fière par le passé. 

Lui me trouve belle en toute circonstance, pas moi, mais il respecte mon choix de vouloir changer les choses et m’encourage et m’accompagne dans cette démarche. Merci à lui d’être à mes côtés 😉

La prochaine fois, je vous raconte comment je m’y prends pour reprendre ce corps en main. J’espère que vous serez au rendez-vous ?

 

accepter son corps

 

 

Commentaires

  1. Claire Rêves de fripouilles
    13 juillet 2018 / 11 h 07 min

    Ce n’est pas simple en effet d’accepter son corps d’après grossesse…. j’ai beaucoup de mal suite à mes 4 grossesses rapprochées, j’ai du mal avec mon ventre et les rondeurs qui ne partent pas. Le chemin est encore long, merci pour cet article 😃

    • Julie Olk
      Auteur
      5 août 2018 / 10 h 08 min

      Oui le chemin est long et s’en rendre compte et l’accepter c’est déjà énorme 😉

  2. Caro - WondermumBreizh
    13 juillet 2018 / 11 h 07 min

    J’avoue l’après me fait un peu peur aussi. j’adore mon ventre rond et ma grossesse est également idyllique. Mais que me réserve l’après ? Je ferai de mon mieux c’est certain … On va essayer de ne pas stresser et de continuer à vivre au jour le jour pour pouvoir en profiter au mieux.

    • Julie Olk
      Auteur
      5 août 2018 / 10 h 08 min

      Alors je suis totalement d’accord avec toi ! Pour le moment profite car tu auras bien le temps de penser à tout ça après. Et puis quoi de plus beau que ce joli ventre rond ? ❤

  3. Charlotte - Enfance Joyeuse
    13 juillet 2018 / 10 h 07 min

    J’aime beaucoup quand tu expliques que tu as pris conscience que ce n’est pas en faisant face à ton corps que tu allais le ré-aimer. Je trouve que c’est très vrai. Mais ça prend tellement de temps pour cheminer jusque là parfois ! Merci pour avoir posé ces mots et ton cheminement ici. ❤

    • Julie Olk
      Auteur
      5 août 2018 / 10 h 08 min

      Merci beaucoup pour ton message d’autant plus que cet article n’a pas été le plus facile à écrire. Mais oui je suis d’accord arriver jusqu’à ce raisonnement n’a pas été facile^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.