Le lait infantile bébé : 7 questions à Géraldine, sage-femme

lait infantile bébé pour mon bébé

Le lait bébé est un sujet récurrent sur ce blog et sur lequel nous échangeons beaucoup ensemble. Je vous ai fait visiter des fermes et des usines de lait infantile, nous avons débattu de la question du lait infantile végétal et du lait de chèvre, de l’âge auquel arrêter le biberon…

Bref, le lait bébé est une question récurrente.^^

Pourtant vous me posez encore de nombreuses questions.

Géraldine, sage-femme et rédactrice en cheffe du magazine Parole de sages-femmes, a donc pris le temps de répondre à vos questions ce mois-ci !

Alors, quel lait infantile pour mon bébé ?

1) Ma fille digère mal les différents laits infantiles de vache que nous avons testé. Rien à faire elle le tolère mal. Est-ce que ça vaut le coup d’essayer de le remplacer par du lait infantile de chèvre ? Ou bien même de jument ?

La première chose est de s’assurer avec le pédiatre que l’on peut éliminer certaines pathologies et des éventuelles allergies. L’âge de l’enfant rentre aussi en ligne de compte, puisque l’on sait que dans les quatre premiers mois de vie, les nourrissons vont rencontrer quelques « maux » transitoires, notamment d’ordre digestif. Changer de lait peut donc se tenter pour améliorer le confort intestinal mais celui-ci doit être adapté à l’âge de l’enfant.

Le lait de chèvre, pourquoi pas ? Certaines préparations contiennent moins de caséine α1 que le lait de vache et peuvent améliorer la digestion.

Quoiqu’il en soit, le choix doit être porté vers une préparation infantile car le lait de chèvre brut ou bien le lait de jument brut ne sont pas adaptés au petit enfant.

Article lié : Les bienfaits des massages bébés : 7 questions à Amandine, spa praticienne spécialisée en massage pour bébé

2) Est-ce que mon enfant aura tous les apports dont il a besoin avec un lait infantile végétal ?

Un lait infantile végétal, type à base de riz, peut être recommandé en cas d’allergie aux protéines de lait de vache (même si les recommandations internationales se tournent vers des hydrolysats de protéines lactées bovines parce que les protéines de riz ne sont pas disponibles en Europe du Nord et aux USA), il contient donc les apports dont les enfants ont besoin.

Cependant, certaines préparations infantiles ont fait l’objet d’études cliniques, d’autres non…

Par contre, il faut bien choisir une préparation infantile et non un lait végétal, dont la terminologie exacte est désormais « jus végétal ». Ces jus végétaux sont très dangereux pour les jeunes enfants, avec pour risque une dénutrition sévère et d’autres complications. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail déconseille de donner ces jus chez les enfants de moins d’1 an.

3) J’aimerais savoir pourquoi les médecins privilégient d’abord les laits infantiles de vache ?

Il nous faudra poser la question une autre fois à un médecin 😉

4) Mon fils de 6 mois ne veut plus de biberon. Il boit avec difficulté le matin et le midi et me repousse le biberon au gouter. Je remplace ses biberons par un yaourt mais j’avoue que je ne sais pas quoi faire car les bébés ont besoin de lait à cet âge-là ?

En effet les bébés ont besoin de calcium, notamment pour le développement des os. Le calcium peut être apporté par du lait mais aussi par des laitages et des fromages. Les yaourts sont une option mais ils ne doivent pas être demi-écrémés, les bébés ont besoin de gras ! Les choix s’orientent plutôt vers des yaourts spécifiques aux bébés et conforme à la réglementation de l’alimentation des moins de 3 ans.

Article lié : L’adaptation avec la nounou : 7 questions à Claire, assistante maternelle

5) J’essaye de faire attention en choisissant un lait qui contienne du DHA parce qu’on m’a dit que c’était important. Le problème est que ça coûte un peu plus cher… Est-ce que le DHA est vraiment important et pourquoi est-ce qu’il n’y en a pas dans tous les laits ?

La DHA (l’acide docosahexaenoïque , oméga 3) et l’ ARA (acide arachidonique – oméga 6) sont des acides gras essentiels au bon développement cérébral et rétinien de l’enfant. Des chercheurs français ont même montré récemment (The Faseb Journal)  chez des rats, que des préparations infantiles enrichies en ARA et DHA présentaient une activité cérébrale similaire aux animaux nourris au lait maternel.

L’enrichissement des préparations pour nourrissons avec la DHA et ARA étaient déjà recommandés par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire pour l’alimentation, l’environnement et le travai) depuis 2011.

Et il faut savoir que l’enrichissement de DHA dans les laits 1er âge et 2eme âge deviendra obligatoire dans la réglementation européenne à partir de 2020.

6) Par curiosité, quelles sont les principales différences entre le lait infantile de vache et de chèvre ?

Les préparations infantiles à base de lait de chèvre peuvent être une alternative à celles à base de lait de vache.

Par ailleurs, le lait de chèvre se rapproche davantage du lait de mère, notamment par son profil lipidique et particulièrement celui en caséine, qui est 10 fois moins dense que celui du lait de vache.

Cette caractéristique lui suggère un avantage pour faciliter la digestion. Selon une étude portée sur marque de préparation infantile à base de lait de chèvre , les taux de croissance similaires étaient similaires entre les nourrissons nourris par une formule infantile à base de lait de chèvre, les nourrissons exclusivement allaités ou bien alimentés par une formule infantile à base de lait de vache.

7) J’utilise Biostime pour mon fils, un lait bébé bio mais je me demande quelles garanties supplémentaires apporte un lait infantile bio par rapport à un non bio ?

L’alimentation des enfants de moins de 3 ans est déjà soumise à une réglementation très stricte : elle interdit les conservateurs, les colorants, les édulcorants, les arômes artificiels, et des hormones, un nombre très limité d’additifs autorisé, une quantité de contaminants très contrôlé et une surveillance des contaminants microbiologiques après pasteurisation ou stérilisation.

Le bio apporte en plus le respect de la nature.

Article lié : Le lait de chèvre pour bébé, quelle différence ?

Géraldine a 36 ans et est sage-femme et rédactrice en cheffe du magazine Parole de sages-femmes.

Contacter Géraldine :

  • Lieu de travail : Hopital St Joseph, Marseille

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

A la base, rien ne me prédestinait à ce métier. Mon premier projet, me lancer dans les études de médecine ! C’est par la suite, grâce à des échanges avec des sages-femmes et même une visite dans les services de maternité, que j’ai découvert la richesse de cette profession médicale qui offrait bien d’autres facettes.

Elle accompagne les couples sur le chemin de la périnatalité avec des fins heureuses mais aussi malheureuses. La sage-femme est aussi celle qui veille sur la santé de la femme tout au long de sa vie avec le suivi gynécologique et de prévention.

Pour moi, c’était donc le « combo gagnant », l’alliance du médical avec cette proximité d’écoute avec les patientes !

lait infantile pour mon bébé

Commentaires

  1. Charlotte - Enfance Joyeuse
    29 octobre 2018 / 11 h 10 min

    Super article ! Merci à Géraldine.! 

    • Julie Olk
      Auteur
      7 novembre 2018 / 10 h 11 min

      Oui un grand merci à elle pour ses réponses de qualité ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.