L’adaptation avec la nounou : 7 questions à Claire, assistante maternelle

sage femme acupuncture

Nous le savons laisser bébé n’est pas toujours facile et c’est l’une des raisons qui fait que les premiers jours d’adaptation sont tellement importants.

Solène avait déjà répondu à nos questions concernant l’adaptation de bébé à la crèche.

Aujourd’hui, c’est Claire qui a pris le temps de répondre à toutes vos questions.

Confier son enfant à une assistante maternelle nécessite de construire une véritable relation de confiance avec cette personne. L’adaptation est donc essentielle tant pour bébé que pour ses parents.

Heureusement Claire nous dit et apaise nos angoisses de parents.

C’est parti 😉

1) Mon fils de 4 mois ira bientôt chez la nounou. J’appréhende beaucoup car même s’il est encore petit, j’essaie de faire de nombreux jeux d’éveil avec lui. Par exemple, je lui passe des matières différentes sur la peau, je lui présente ses doudous préférés, je joue avec lui en me mettant à côté de son mobile, je lui fais des petits massages… Il me sourit, il est content et il est clair qu’il apprécie nos petits jeux. Seulement voilà la nounou m’a dit que selon elle il était trop petit pour des jeux d’éveils.Comment lui expliquer que nous respectons son avis et son expérience mais que cela reste important pour nous ?

Il est vraiment important que les parents et les assistantes maternelle soient sur une même ligne de conduite. Tant sur l’éducation, que l’éveil. L’éveil devient en effet important vers 4-5 mois, avant de toutes façons, les faibles temps d’éveil de bébé ne le permettent pas. A 4-5 mois les biberons sont plus grands, parfois la diversification est en place, les prises de repas/biberons s’espacent et donc les temps d’éveil s’allongent considérablement. Les temps d’éveil deviennent propices aux échanges, et aux premiers apprentissages. Il est important de communiquer avec bébé (par le jeu notamment) puisqu’à cet âge l’enfant babille, ce sont les prémices de la parole.

Même si bébé ne comprend pas forcément le sens du jeu aussi tôt, il comprend bien que le jeu est un objet de contact avec son entourage. Il est important que vous puissiez échanger sur ce point avec votre assistante maternelle.

Même si elle ne joue pas avec lui comme vous le faites, elle peut au moins mettre à disposition de bébé sur son tapis une sélection de jouets adaptés, elle le doit d’ailleurs.

2) Mon mari a été muté et nous venons de déménager. Mon fils était en crèche jusqu’à présent mais évidemment là nous n’avons pas pu avoir de place. Nous avons donc trouvé une nounou. Seulement voilà mon fils a 9 mois et tout cela représente beaucoup de changement pour lui : nouvelle maison, nouveaux visages, nouveau mode de garde. Comment réussir cette adaptation ?

Votre fils (si ce n’est pas déjà fait) entre dans la lourde période de la « peur de l’abandon » généralement entre 9 et 12mois.

Cette période bien que difficile à vivre est aussi importante que bénéfique. Elle est bénéfique pour votre enfant puisque jusqu’alors (pour lui) il ne faisait qu’un avec vous. Pendant et à l’issue de cette période, l’enfant se construit en tant qu’individu, un individu à part entière.

Dans la tête d’un jeune enfant, maman est LA figure d’attachement, le repère, et au quotidien une multitude de jeux, rituel et gestes (pouvant nous paraître anodin) aideront bébé à mieux vivre cette situation.

Le « coucou – caché » est LE jeu par excellence, Maman est là, elle n’est plus là, elle revient (et

ainsi de suite). Même si ce petit jeu se fait bien avant les 9 mois il instaure déjà dans l’esprit de bébé le fait de perdre mais de retrouver ensuite.

Dans votre cas (moult changement en peu de temps) il est important de prendre son temps, d’être à l’écoute. Privilégiez une période d’adaptation en bon et du forme :

  • 1ère journée : 1h30 avec maman (pendant un temps de gouter par exemple)
  • 2ème journée : 3 heures seul avec sa nounou
  • 3ème journée : 1/2 journée (pour terminer à la fin de la semaine par une journée complète)

N’hésitez pas à laisser a votre enfant un objet transitionnel, un lange sur lequel il y aura votre odeur, un t-shirt.

Il est aussi important de parler à votre enfant, ne lui cacher rien : « Demain nous allons chez Nounou, Maman va rester avec toi, et puis ensuite tu seras avec Nounou et tes nouveaux camarades. Tu sais chez Nounou il y a X et X,… »

Lorsque vous déposerez votre enfant chaque jours, il est important de ne pas prendre la poudre d’escampette une fois qu’il a le dos tourné, la séparation n’en sera que plus douloureuse pour lui et il ne manquera pas de vous rappeler votre indélicatesse une fois que vous passerez le pas de la porte le soir venu….

Soyez patient, mais dialoguer, SURTOUT dialoguer !!!

3) Mon fils de bientôt 4 mois va chez la nounou depuis une dizaine de jour. J’ai une confiance totale, cette personne m’a vraiment fait une bonne impression et met en place plein d’activités avec les enfants qu’elle garde déjà. Jusque-là, je gardais mon fils qui est un bébé très facile à vivre et qui ne pleure pas sauf quand l’appel du ventre se fait sentir. Seulement voilà depuis qu’il va chez la nounou elle me dit qu’il pleure quasiment toute la journée et qu’il doit avoir mal quelque part. Pourtant quand je le récupère ou que nous l’avons le week-end, il ne pleure absolument pas. Je précise tout demême qu’au vu de son âge nous avons convenu ensemble, et sur ses conseils, que l’adaptation n’était pas nécessaire.Que pouvons-nous faire nous faire pour que cette adaptation se passe au mieux ?

Grave erreur que de squeezer la période d’adaptation… si importante. Quatre mois plein avec maman, après 9 mois de cohabitation et d’un coup : la rupture !!!

Votre assistante maternelle en tant que professionnelle de la petite enfance qui plus est théoriquement formée, n’aurait pas du vous la déconseiller. Ne serait-ce que 2 ou 3 jours.

Il est trop tard maintenant pour « bien faire » mais pas trop tard pour alléger la peine de bébé.

Déposez chez Nounou un objet portant votre odeur (un foulard noué en boule, un t-shirt, un doudou avec lequel vous auriez dormi volontairement, etc…) il doit pouvoir se rattacher à vous à n’importe quel moment de la journée. Il doit pouvoir se rassurer à la demande.

4) La séparation avec mon fils de 2 mois et demi est prévue pour le mois prochain. Nous avons trouvé une super nounou mais j’appréhende la séparation. J’aimerai une période d’adaptation un peu plus longue. Clairement ici, c’est moi le problème… Comment faire pour que cette adaptation se fasse au mieux pour mon bébé mais aussi pour moi et son papa ?

Je ne suis pas un bon exemple à suivre d’après mes collègues puisque je suis une fervente défenseuse et pratiquante des longues périodes d’adaptation. La plus longue que j’ai eu à faire (pour rassurer, mettre en confiance la maman) est de quasiment trois semaines. Cette maman été extrêmement anxieuse. La tension était palpable lorsqu’elle déposait son petit…clairement pas l’idéal pour un accueil serein.

Je crois qu’en fait j’ai tellement de peine pour toutes ces mamans qui croise ma route que je mets tout en œuvre pour rendre meilleure cette première expérience loin de bébé.

Vous pouvez demander à votre assistante maternelle qu’elle vous envoie au cours de la journée des petites nouvelles par SMS (à l’heure où nous vivons digital, cela ne devrait pas être infaisable), un petit mot rassurant, une photo.

5) Nous sommes ravis de la nounou que nous avons trouvée mais nous aimerions en savoir plus sur les journées de notre enfant… Le soir, la nounou nous dit simplement que la journée s’est bien passée et nous dit ce qu’elle a mangé et si elle a bien dormi. Notre fille est chez la nounou depuis 1 mois maintenant. Pensez-vous que l’on puisse lui demander de nous détailler davantage ses journées et peut-être aussi de nous envoyer des photos ?

Beaucoup de Nounou fonctionne avec un petit cahier de transmission. Ici je les fournis mais vous pouvez le fournir et gentiment solliciter votre AM pour qu’elle le remplisse. Sans lui demander des faits précis mais par exemple : – M a passé une agréable journée, nous avons fait/été …., il a pu gouter lors de la collation de 16h de la galette des rois

Elle ne devrait pas s’y opposer, d’autant qu’il ne s’agit pas d’une tâche contraignante (nous trouvons toujours 20 min pendant les siestes).

Si vous avez peur de trop lui en demander avec ce petit cahier alors profitez du temps de reprise de l’enfant (les retrouvailles, mise en place du manteau, ou de bébé dans sa coque) pour lui poser moult questions sur la journée de votre enfant.

Outre savoir ce qu’a fait votre enfant la journée chez son AM, le cahier est très important pour le suivi médical de l’enfant (s’il a fait de la fièvre dans la journée, lui a-t-elle administré un antipyrétique, à quelle heure ?), une mine d’information longues et fastidieuses à retenir.

6) Ma fille a 20 mois et vient de changer de nounou (la précédente ayant déménagée). Elle est ravie de sa nounou et lui tend tout de suite les bras. Elle nous dit à peine au revoir et nous fait en gros comprendre que la nounou et elle ont désormais des choses à faire et que l’on peut y aller.

Bref, leur relation est idyllique ! Elles font plein de jeux et d’activités ensemble et avec l’autre enfant présent qui est un peu plus âgé que ma fille.

Le problème c’est que le week-end je ne lui propose pas autant d’activités et que je n’ai pas autant d’imagination. Du coup j’ai l’impression d’être une mauvaise mère et je n’ose pas en parler à la nounou… Que faire ?

Dédramatiser !!!! Les enfants doivent être stimulés mais surtout pas sur-stimulés.

Elle profite de son AM, profite des activités en masse la semaine c’est super. Mais croyez moi qu’elle apprécie tout autant ses weekends cocooning ou le biberon peut être pris en pyjama, ou aucune contrainte temps n’est imposée.

Ne vous mettez pas la pression, elle pourrait le ressentir. Soyez vous-même. Câliner.

Et puis n’oubliez pas qu’à cette âge tout est activité pour les enfants : une ballade au parc, rendre visite à papy /mamie qui ont un poulailler, faire les courses. Vraiment tout émerveille et intéresse votre enfant à cet âge.

7) Mon fils a 2 ans et il adore sa nounou. C’est simple le lundi est presque devenu son jour préféré. Elle le prend dans ses bras, le câline, le réconforte quand ça ne va pas. De mon côté je suis souvent en déplacement pour le travail et il m’arrive aussi d’être absente les week-ends. Heureusement, le papa est bien plus présent.

La relation de mon fils avec sa nounou me rassure car je pars l’esprit tranquille mais est-il possible qu’elle lui donne trop d’affection et qu’elle se substitue un peu à moi dans cette relation ? Est-ce que mon fils peu moins m’aimer que sa nounou ?

Un enfant doit aimer sa nounou, véritablement, d’un vrai amour. Il ne l’aime pas comme vous, n’ayez aucune crainte mais il aime pour sûr vraiment très fort.

Vous le dites vous-même dans votre question, vous n’êtes pas très présente. Son AM devient la figure d’attachement la plus précieuse (avec son papa) dans ce cas. Il a besoin de cette présence féminine (les papas c’est top mais l’odeur, la douceur d’une femme c’est quand même quelque chose, qu’on se le dise).

Nos enfants dès leurs naissances ont un odorat des plus développé et l’odeur de maman ne s’oublie pas. Votre odeur corporelle est forte et marquera, servira de repère très longtemps à votre enfant (une expérience a d’ailleurs été faite en ce sens, dix enfants, les yeux bandés, doivent reconnaître leur maman respective parmi dix femmes présentes sur place. AUCUN enfant ne s’est trompé…..)

Il y a vos gestes aussi, votre voix, votre peau… irremplaçable !!!!!!!

adaptation nounou

Claire a 25 ans et a suivi une formation BEP Sanitaire et Sociale, CAP Petite Enfance, PSC1.

Pourquoi avoir choisi de devenir assistante maternelle ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé pouponner, câliner. Issue d’une famille nombreuse j’ai pris un malin plaisir à choyer la cadette de la famille, je n’avais pourtant que 12 ans lors de son arrivée au sein de notre famille mais je me suis toujours beaucoup investie.

Je me suis longtemps cherché professionnellement parlant, je crois que j’avais peur de la précarité du métier. Cette étiquette qui colle à notre si beau métier.

Mais la vie à fait qu’avec mon compagnon nous avons trouvé un logement dans un village de métropole, à deux minutes en voiture de la grande ville qui m’offre depuis maintenant trois ans et sans discontinuer des journées bien rythmées.

Aujourd’hui je suis épanouie, je crois que je peux enfin le dire. J’en suis certaines, ce métier je l’aime et je crois qu’il met impossible de le cacher autour de moi…

adaptation nounou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.