La famille recomposée : 7 questions à Béatrice, Psychologue clinicienne spécialiste de l’enfance et de l’adolescence.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser en parcourant ce blog, le sujet de la famille recomposée est un sujet qui me tient véritablement à coeur. Rien d’étonnant puisque j’ai moi même grandi dans une grande famille recomposée.

Le modèle familiale a évolué et les familles recomposées sont de plus en plus répandues. Et pour cause… 44% des mariages se terminent par un divorce et 11% des enfants français vivent dans une famille recomposée.

Au delà de mon histoire personnelle, je me suis intéressée à l’ouvrage de Béatrice Copper-Royer, Psychologue clinicienne et spécialiste de l’enfance et de l’adolescente, parce qu’il répond aux questions de nombreuses familles. Il s’intitule ET LA FAMILLE RECOMPOSÉE ? DIFFICILE, MAIS PAS IMPOSSIBLE! aux éditions Solar.

Je vous le recommande donc vivement, il est très complet, accessible et pédagogique. Je suis certaine que vous y retrouverez des situations qui vous parleront. 😉

En attendant de pouvoir lire son livre je vous laisse découvrir ses réponses à vos questions concernant le fonctionnement de la famille recomposée.

1) Ma belle-fille de 8 ans ne veut pas m’écouter, elle n’en fait qu’à sa tête et refuse de respecter les règles de vie de notre maison. Comment faire ?

Pour commencer, il faut en parler avec son père. Cela passe forcément par le père puisque c’est lui qui introduit la belle-mère. Si le père est terrorisé à l’idée que sa fille l’aime moins et qu’il n’impose pas, non pas que sa fille aime sa belle-mère mais, qu’elle la respecte il y aura forcément des problèmes et cela pourrait mal se terminer. Il faut qu’il parle avec sa fille et éventuellement ensuite qu’il pose des règles familiales en expliquant bien que cela n’a rien à voir avec l’amour mais que lorsque l’on vit ensemble il y a forcément des règles familiales. Il faut donc mettre ces règles à plat et les respecter.

Article lié : Le développement du langage oral chez l’enfant : 7 questions à Sarah, orthophoniste

2) Ma femme ne supporte pas que je fasse la moindre remarque à ses enfants de 9 et 12 ans. Ce ne sont pas mes enfants certes mais nous vivons ensemble… Quelle doit-être ma place ?

Cette question rejoint la précédente et pose la question de la place du beau-parent qui est effectivement extrêmement délicate.

Ici le parent protège ses enfants et fait écran comme si l’on allait traumatiser les enfants parce que quelqu’un prendrait la place du parent avec qui il ne vit pas. C’est une espèce de protection qui est très toxique.

Moi je pense que le beau-parent doit avoir une place. Et c’est le parent qui doit mettre les choses au clair avec ses enfants en leur disant que le beau-parent ne va pas se prendre pour l’autre parent, cela n’a rien à voir. Il faut leur expliquer que lorsque l’on vit sous le même toit que quelqu’un il y a forcément des règles de bonnes conduites à respecter et ces règles de bonnes conduites on les établit et les explique avant puis on se charge de les faire respecter.

3) Je ne peux pas m’empêcher de faire une différence entre ses enfants et les miens. Je suis un peu moins patiente qu’avec les miens mais surtout je suis moins proches d’eux et donc moins affectueuse. Cela pose problème à mon époux mais est-ce vraiment un problème car malgré tout ce ne sont pas mes enfants ?

C’est assez naturel, il n’est pas facile d’aimer autant les enfants d’un autre et qui ne sont pas les siens de la même façon que les siens. Cela n’a rien d’évident et c’est déjà bien d’en avoir conscience. Sans forcer ses sentiments il faut néanmoins s’efforcer d’être juste et d’avoir des comportements qui soient respectueux. Il ne faut pas sous-estimer la difficulté que cela peut-être de cohabiter et d’élever des enfants qui ne sont pas les siens.

4) Mon ex-mari et moi sommes séparés depuis 2 ans. J’ai refait ma vie de mon côté avec un autre homme qui a déjà 2 enfants de 7 et 11 ans. Mon ex-mari n’a pour le moment pas refait sa vie. Ce qui me pèse c’est que la situation est difficile pour notre fille de 5 ans (en garde alternée) qui demande régulièrement à ce que mon nouveau compagnon devienne son papa. Comment faire face à cette situation ?

Il faut clairement lui expliquer que l’on ne change pas de papa comme cela. On peut changer d’amoureux mais on ne peut pas changer pas de papa.

Ce n’est pas parce qu’elle ne vit plus avec son père tout le temps qu’il n’est plus son papa. Il est aussi probable que votre enfant exprime un peu un conflit de loyauté où elle est un peu partagée entre les deux. Il faut bien lui expliquer qu’elle est libre d’aimer qui elle veut. Elle n’est pas obligé d’aimer l’amoureux de sa maman mais elle peut aussi l’aimer sans pour autant trahir son papa.

Elle a 5 ans et est en plein oedipe, elle est donc vraisemblablement attirée par votre compagnon. Il faut bien lui dire qu’elle est libre d’aimer qui elle veut sans pour autant faire de la peine à son père.

Article lié : Comment choisir des vêtements sains pour nos enfants ? : 7 questions à Ingrid, gestionnaire de crèche et Présidente d’Eponyme

5) J’ai refais depuis peu ma vie avec un homme ayant déjà une fille de 8 ans. Clairement nous réalisons actuellement que nous n’avons pas la même façon d’élever nos enfants. Faut-il rechercher des compromis ou continuer d’avoir un ensemble de règles différentes pour chaque enfant sachant que ma fille a 6 ans?

Il faut beaucoup en parler et c’est très bien de mettre les choses à plat avant parce que c’est aussi souvent ça qui fait qu’il peut y avoir des ruptures. Ce n’est pas évident d’avoir des désaccords sur les règles éducatives à donner à des enfants qui vont vivre ensemble. Il faut beaucoup en parler et essayer d’arriver à des sortes de compromis car si chacun reste arrimé dans ses positions ça ne va pas aller.

6) Mon nouveau conjoint a dû mal à accepter que je soutienne parfois mon ancien compagnon sur des choix éducatifs. Quelle place lui faire dans ses prises de décision et doit-il d’ailleurs avoir une place ?

Le couple parental doit continuer d’exister après la séparation. Les enfants se portent le mieux du monde tant que le couple parental continue de fonctionner correctement. On ne peut et on ne doit pas effacer l’autre parent. Votre nouveau conjoint doit accepter que vous ayez un dialogue avec le père de vos enfants, souteniez le père de vos enfants dans ses choix éducatifs, etc. Evidemment que le nouveau compagnon n’efface pas l’autre parent et c’est très bien comme cela.

Le nouveau conjoint doit avoir une place dans les règles de vie, pas les choix éducatifs. Les choix éducatifs sont des choix parentaux.

7) Depuis que nous sommes séparés notre fils de 7 ans pique parfois des crises car les règles ne sont pas les mêmes chez son père et chez moi. Comment lui expliquer que chaque maison a désormais son fonctionnement ?

Il est certains que les enfants en profitent. Cela fait partie de leurs tentatives de prise de pouvoir. Ils jouent des différences en disant « chez papa cela se passe comme ça, chez maman comme ceci… » et essayent parfois de n’en faire qu’à leur tête.

Effectivement il faut se dire que c’est une attitude d’enfant assez courante et classique. Il faut faire de la résistance et bien expliquer que OUI il peut y avoir des règles différentes mais que lorsqu’il est chez vous cela se passe de telle façon. Evitez de rentrer dans des justifications permanentes sinon on met du charbon dans la chaudière.

Article lié : Aider son enfant à revenir au calme : 7 questions à Laura, sophrologue

Béatrice Copper-Royer est psychologue clinicienne, spécialiste de l’enfance et de l’adolescence. Elle est chroniqueuse pour l’émission La Maison des maternelles.

Contacter Béatrice Copper-Royer :

Site internet : www.copperroyer.fr

Mail : bcopperroyer@gmail.com

Tél : 01 45 51 94 34

Cabinet : 53, avenue Bosquet – 75007 France

famille recomposée difficile mais pas impossible

Commentaires

  1. Charlotte - Enfance Joyeuse
    13 mai 2019 / 9 h 05 min

    C’était très intéressant !!! Merci pour toutes ces réponses ! 

  2. petitsruisseauxgrandesrivieres
    13 mai 2019 / 10 h 05 min

    C’est une très bonne psychologue. Elle était invitée à l’émission où j’ai témoigné il y a trois semaines sur RTL, sur le sujet de la famille recomposée justement, et c’est une femme pleine de bon sens et de justesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.