Pourquoi je ne veux pas protéger mon enfant de tout ?

 

 

Vous l’avez peut-être vu sur Instagram (comment ? tu ne me suis pas encore ??? Vite rattrape toi discrètement ici) mais nous avons eu droit cette semaine à une nouvelle visite des urgences pédiatriques…

 

Il y a des moments comme celui-là où l’on se sent impuissant. Ce sont ces moments où votre enfant vous regarde parce que tout va tout simplement de travers et qu’il ne comprend pas pourquoi votre main sur sa poitrine ne l’apaise pas, pourquoi tous vos câlins et toutes vos chansons n’y changent rien, ni pourquoi vos bisous ne sont pas vraiment magiques (ou en tous cas pas assez). Et il faut bien l’avouer… Nous non plus, nous n’arrivons pas à comprendre.

 

Et oui parce qu’en bons parents que nous sommes nous voulons sincèrement protéger nos enfants de tout, leur épargner tous les chagrins et toutes les peines mais aussi toutes les douleurs et maladies. Nous voudrions prendre tous leurs maux sur nous et quoi de plus normal… Nous sommes leurs parents !

Mais alors, est-ce cela aussi que d’être parent ? Protéger son enfant de tout ?

 

A la réflexion (et malgré ce séjour aux urgences) je ne le crois pas… Je vous explique donc pourquoi. Pourquoi je ne veux pas protéger mon enfant de tout ?

 

 

 

Protéger n’est pas aimer

 

Pour moi ces deux mots ne sont pas synonymes.

Si jamais il est encore besoin de le dire, j’aime mon fils plus que tout. Il est le centre de mon monde, mon doux soleil, mon morceau de bonheur. Je l’ai attendu 9 mois durant et j’ai fait avec lui la plus belle rencontre de ma vie, je donnerai d’ailleurs la mienne pour lui. Il illumine mes journées et son sourire me rend folle de bonheur.

 

Mais l’idée n’est pas ici de lui déclarer ma flamme si l’on peut dire ainsi. Je l’aime, il le sait, il le sent et m’aime en retour et nos petits rien du quotidien le montrent à chaque instant. L’idée est plutôt de vous dire que si je ne tiens pas à le protéger de tout ce n’est pas par manque d’amour à son égard.

Au contraire… Je l’aime tant que je ne le protégerai pas de tout !

 

Nous souhaitons protéger nos enfants et c’est bien normal. Chaque jour qui passe nous montre d’ailleurs que nous avons de bonnes raisons de le faire. Parce que nous voulons les protéger, nous nous inquiétons pour eux. Il arrive même que cette inquiétude puisse nous ronger littéralement.

Seulement voilà, on n’aime pas ses enfants parce qu’on s’inquiète pour eux mais on s’inquiète parce qu’on les aime. L’amour est la source et l’inquiétude une conséquence qui en découle. Même chose pour notre souhait de les protéger.

 

Il me semble donc que vouloir protéger son enfant de tout n’est pas une preuve d’amour (ni de désamour d’ailleurs).

 

 

Article lié : L’instinct maternel est-il un mythe ?

 

 

 

Protéger son enfant, un vrai défi…

 

J’aimerai que tout aille toujours pour le mieux pour mon fils mais, dans ces moments d’impuissance, je dois bien reconnaître que je ne pourrai pas le protéger de tout.

 

Si je peux le protéger de :

– la faim

– du chien des voisins

– des voitures sur notre chemin…

 

Je ne peux pas le protéger de :

– la méchanceté des autres enfants

– la folie des hommes

– des peines de cœur…

 

Il y a aussi des choses où je peux faire tout ce que je peux sans garantie de succès comme la maladie par exemple. Je peux mettre toute les chances de notre côté en essayant de prévenir le rhume mais je ne pourrais pas le guérir et il faudra laisser du temps au temps.

 

Bref, je ne peux clairement pas le protéger de tout (#déception) mais je ferais de mon mieux.

 

Arrivé à ce stade de votre lecture vous devez vous dire « Julie qu’as-tu fumé à l’hôpital pour en arriver là dans ta petite tête » ? Vous allez être déçus mais rien du tout… A moins que ce ne soit un effet secondaire des salles d’attentes ?

 

Ceux qui me connaissent bien savent que ce ne sera pas toujours chose facile pour moi parce que clairement je suis du genre à surprotéger tout le monde (oui, oui, je vérifie même que ma vieille voisine pense à manger correctement^^).

 

Pourtant je pense que c’est important parce qu’en voulant trop bien faire je risque finalement d’obtenir tout l’inverse. Je ne veux pas que Charlie manque plus tard de confiance en lui ni qu’il ait peur d’aller vivre sa vie…

 

Alors je me dis donc 2 choses :

– Non je ne pourrais le protéger de tout (tout de suite en l’admettant on baisse en pression et on déculpabilise je vous assure^^)

– Surtout, je ne veux pas le protéger de tout !

 

Parce que oui clairement en montant sur le toboggan des grands au parc, il y a de fortes chances qu’il tombe mais, parce que je préfère qu’il essaie plutôt qu’il n’ose jamais y grimper, je l’encouragerai et me tiendrai à ses côtés (il ne s’agit pas non plus d’avoir un accident^^).

Parce qu’une bonne chute fait malgré tout moins mal sur le long terme que le manque de confiance en soi et parce qu’il doit apprendre que parfois il faut se relever (sans quoi la vie lui apprendra tôt ou tard à ses dépens).

Parce que oui le monde est fou, la maladie c’est terrible mais que la vie est belle malgré tout. Je veux lui apprendre à voir le verre à moitié plein !

Et puis tout simplement parce qu’un jour (le plus tard possible hein) je ne serai plus là du tout pour le protéger…

 

Je pense que vous avez compris maintenant l’idée.

 

 

Article lié : Pourquoi suis-je une mère parfaite ?

 

 

 

Alors oui, en vérité j’aimerai te protéger de tout mon petit Charlie mais je sais que je ne le peux pas et qu’à long terme tu ne le voudras pas non plus d’ailleurs. Je sais que le petit garçon curieux que tu es voudra très vite découvrir le monde et faire ses propres expériences. Je sais qu’il y aura un temps où cette bulle d’amour protectrice dans laquelle j’aimerais tant que tu grandisses finira par t’étouffer.

Parce qu’en réalité je ne le peux pas et que je ne le veux pas, je ne te protégerai pas de tout.

A l’opposé il y a une chose que je ne peux pas ne pas faire, c’est te préparer à grandir, te préparer à affronter ce monde qui n’attend que toi… mais aussi être avec toi, si tu le veux, tout simplement à tes côtés pour t’épauler.

 

 

Protéger son enfant

Protéger son enfant

Protéger son enfant

 

 

Commentaires

  1. Claire
    26 octobre 2017 / 11 h 10 min

    J’adore ton article vraiment très bien écrit. Je partage vraiment ton point de vue à 100%, les enfants doivent faire leurs expériences pour construire leur confiance en eux. Et j’estime que pour quelques bleus, ce n’est pas trop cher payer.
    En tant que parents, il est vraiment important de vraiment faire confiance à nos enfants. Bien évidemment, tout en veillant à un minimum de sécurité hein 😉 

  2. Madame Lavande
    26 octobre 2017 / 2 h 10 min

    Je me retrouve assez dans le fait d’être trop protectrice (mon petit frère pourrait en témoigner…) mais bizarrement je ne le suis pas tant que ça avec la Biscotte. Comme toi je suis bien consciente que le mieux c’est de les laisser faire leur propre expérience, sous notre regard attentif. Je mentirais en disant que je n’ai pas peur pour ma Biscotte, mais pour l’instant j’arrive à lâcher (un peu) prise et à la laisser expérimenter, sous surveillance mais en lui faisant confiance.

  3. Bébé est arrivé !
    26 octobre 2017 / 3 h 10 min

    J’ai la chance de ne pas être une maman surprotectrice, sinon je me ferais un sang d’encre à longueur de journée 😉 . J’étais évidemment plus « protectrice » lorsque Louloutte était toute bébé et c’est bien normal à mon avis puisqu’elle était entièrement dépendante de moi.
    Aujourd’hui, je fais de mon mieux pour l’accompagner dans son développement en essayant de lui donner confiance en elle car je sais que c’est primordial pour son futur. 

  4. Azylis
    27 octobre 2017 / 12 h 10 min

    C’est bien vrai ce que tu dis là !
    Protéger son enfant oui, dans la mesure du possible. Mais surtout lui donner les armes pour se protéger lui même. 
    Tout comme on doit les aider à grandir parce qu’on ne peut pas grandir à leur place.

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 10 h 10 min

      Oui je te rejoins complètement ! Je pense que la réalité de notre rôle de parent se cache dans ce petit quelque chose et cette responsabilité que nous avons à les préparer à voler de leurs propres ailes par temps comme sous un orage 🙂

  5. fibiel76
    27 octobre 2017 / 12 h 10 min

    Coucou! Je viens tout juste d’être maman et je ne peux que comprendre l’idée qu’il est très compliqué de ne pas surprotéger son enfant. C’est vrai qu’il faut qu’il apprenne les choses de la vie aussi par lui-même mais l’instinct de maman ne veut pas qu’il lui arrive de mal et c’est normal… article très interressant en tout cas! 😃
    https://fibiel76.wordpress.com

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 10 h 10 min

      Oui je suis aussi une jeune maman et je suis de toute façon mère poule avec la plupart des gens^^ Mais c’est vrai que je te comprends… Quand on regarde son enfant si doux et innocent on voudrait le protéger de tout et qu’il ne lui arrive jamais que du bien. Malheureusement ce n’est pas possible et la vie aura bien vite fait de nous le rappeler tôt ou tard..

  6. mamanpavlova
    27 octobre 2017 / 2 h 10 min

    Je suis une maman angoisée et surprotectrice je n’ai pas encore trouvé le moyen de laché un peux tout cela … bref j’ai encore du boulot quoi .. Mais il faut en effet lui apprendre a se protéger lui même je ne serais pas toujours derriere lui …

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 11 h 10 min

      Comme toi j’ai encore du boulot mais au moins j’en suis consciente et je vais essayer de faire des efforts^^
      On va y arriver ! Et puis comme tu le dis on ne peut pas toujours être derrière eux donc il va bien falloir qu’ils apprennent 🙂

  7. Les Délices de framboise
    27 octobre 2017 / 3 h 10 min

    C’est un très bel article. Bien sûr que l’on aimerait les protéger mais malheureusement (ou pas) c’est impossible. Ils doivent aussi apprendre à faire des erreurs et à se blesser pour mieux se relever. Par contre ce que l’on peut faire c’est être toujours là pour les guider et les accompagner 😉
    je t’embrasse. 

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 11 h 10 min

      Comme toujours je suis entièrement d’accord avec toi. Ils doivent apprendre par eux même et nous devons répondre présent pour les accompagner à chaque étape…

  8. petite and so what?
    27 octobre 2017 / 3 h 10 min

    Je trouve ton article très beau!
    Je suis une jeune maman (j’ai un fils de 2 mois et demi, bientôt trois) et pour le moment, j’ai tendance à être angoissée un peu pour rien… 🙂 Ce n’est pas facile de trouver le juste milieu! Mais il le faut bien, pour nos petits!
    Belle journée

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 11 h 10 min

      Oui je te comprends d’autant plus que, quand nos enfants sont aussi jeune que l’est ton fils, ils nous semblent tellement fragile et vulnérable que l’on s’angoisse en permanence. Je ne compte plus le nombre de fois ou je me suis levée de moi même en pleine nuit simplement pour m’assurer que Charlie respirait correctement^^ Plus il va grandir et plus il sera prêt rassure toi, il y a aussi un temps pour chaque chose je pense ❤

  9. mamansurlefil
    27 octobre 2017 / 9 h 10 min

    Tu as tellement raison. Je fais partie de ces mamans angoissées et parfois surprotectrices mais j’ai la chance d’avoir un homme bien plus zen… cela équilibre donc et me force à lâcher prise. car, je suis bien d’accord avec toi, ce n’est pas les aider de les protéger de tout… ils doivent grandir, faire leurs expériences. A nous d’être là quand ils tombent pour les aider à se relever mais pas à les empêcher de tomber !

    Belle journée

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 10 h 10 min

      Oui c’est bien l’idée nous sommes d’accord… Rassure toi, comme toi je suis une personne surprotectrice^^
      Nous faisons de notre mieux pour les préparer et nous n’avons même pas de mode d’emploi ou de guide 😉

  10. Maman Choup's
    28 octobre 2017 / 9 h 10 min

    J’avoue parfois (ou toujours) être une maman surprotectrice ! Parfois je me dis « Laura, arrête laisse le faire un peu ».. Mais c’est compliqué pour moi.
    En tout cas, super article comme toujours !!! 👍👍

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 11 h 10 min

      Oh merci c’est trop gentil 😁
      Je suis comme toi et heureusement que j’ai Daddy Olk pour me raisonner par moment parce que je dois avouer que c’est souvent impulsif et plus fort que moi^^

  11. Amélie
    28 octobre 2017 / 9 h 10 min

    Mes larmes coulent, tout simplement car tu illustres très bien ce que je pense et ressens dans mes grands moments de lucidité et que très vite les angoisses reprennent le dessus. J’ai écrit un  article sur la torture, l’angoisse que cela engendre quand je dois laisser mon fils à quelqu’un, depuis cet été où il s’est méchamment amoché le visage et a été recousu.
    Je prends beaucoup sur moi mais c’est souvent plus fort que moi et je supervise tout ce qui gravite autour de lui … 

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 12 h 10 min

      Je suis sincèrement touchée par ton témoignage…
      Je crois qu’il n’est pas facile de les laisser faire d’autant que c’est particulièrement douloureux pour nous aussi quand ils ne vont pas bien. Je donnerais n’importe quoi pour apaiser mon fils quand il ne va pas bien…
      Une chance pour mon fils que son papa m’aide à lâcher la bride car je sais combien c’est difficile. Je pense que dans ton cas ce doit être d’autant plus difficile, ce qui parfaitement compréhensible. Sois indulgente avec toi même et laisse toi un peu de temps 😉

  12. monlissouetsamarmaille
    28 octobre 2017 / 10 h 10 min

    oh mais comment je suis d’accord avec toi…. les aider a grandir c’est aussi les laisser faire leur propre expérience même si nous on sait qu’ils vont droit dans le mur !!! Alors on peut être la béquille parfois mais pas tout le temps… Puis on peut pas tout prévoir c’est comme ça… Apprendre a être parent c’est aussi apprendre a ne pas pouvoir tout gérer !!! 

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 11 h 10 min

      Oui ce que tu dis est très juste : on ne peut pas tout prévoir ! Et c’est normal, on ne maîtrise pas tout et puis nous sommes humain et nous faisons des erreurs, ce qui est aussi normal. Je suis aussi d’accord avec toi pour dire qu’apprendre à ne pas pouvoir tout gérer fait pleinement partie de l’apprentissage de notre parentalité même si ce n’est pas facile. 😉

  13. Mumtwokids
    29 octobre 2017 / 9 h 10 min

    Ton texte est une fois de plus très vrai, on a tendance à vouloir protéger nos enfants de tout et c’est normal, c’est ça aussi être parent, vouloir qu’il n’arrive rien à nos bébés mais oui on ne peut pas les protéger de tout, et c’est aussi comme ça qu’ils se forgent leur caractère et leur personnalité. Etant une hypocondriaque presque maladive (t’as vu le jeu de mots ;-)) tant pour moi que pour mes enfants, je veux les protéger du moindre petit bobo et je remercie mon grand barbu de me résonner même si ces moments là sont compliqués pour moi. 

    • Julie Olk
      Auteur
      31 octobre 2017 / 1 h 10 min

      Merci pour ton message et bravo pour le jeu de mots^^ 👍
      Tu as raison une partie de leur personnalité doit aussi se façonner ainsi… Mais comme toi (et bien que n’étant pas hypocondriaque^^) j’ai du mal à laisser faire et Daddy Olk doit lui aussi intervenir 😉

  14. Madame Bobette
    31 octobre 2017 / 3 h 10 min

    C’est un très beau texte et tu as tellement raison. Je suis plutôt du genre à lâcher prise avec Tess et à ne pas essayer de la protéger de tout. Je m’étonne moi-même car je n’aurais jamais cru être comme ça 🙂

    • Julie Olk
      Auteur
      1 novembre 2017 / 11 h 11 min

      C’est super que tu y arrives 🙂
      Si tu as un secret n’hésite pas à le partager ?^^
      Moi j’aimerai y arriver davantage mais je ne désespère pas 😁

  15. Vietnam Authentik
    5 novembre 2017 / 4 h 11 min

    J’ai été surprise de voir le titre de l’article, donc j’ai cliqué. C’est vraiment une bonne pensée: Protéger n’est pas aimer. Je suis d’accord 🙂

    • Julie Olk
      Auteur
      5 novembre 2017 / 10 h 11 min

      Bonjour et merci pour ton message.
      Nous sommes d’accord vouloir protéger son enfant n’est pas un preuve d’amour en soi (ni de désamour d’ailleurs).
      Bienvenue par ici en tous les cas 😉

  16. Claire
    7 novembre 2017 / 2 h 11 min

    Oh mais je viens de me rendre compte que mon message n’est pas passé 😳
    Tant pis, j’en laisse un autre 😆
    Alors moi, je l’adore ton article et je suis à 100 % d’accord avec toi. Je pense que l’important est de sécuriser l’environnement de l’enfant et de l’habituer et lui montrer dès tout petit les dangers.
    Il y a d’ailleurs un excellent livre qui évoque tout ça entre autre : le Concept du Continuum. Il a complètement changé ma vision des choses.
    Merci pour ton super article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.