Il faut que tu respires… Quel avenir pour nos enfants ?

Il faut que tu respires

 

Ce post je l’ai écrit d’une traite après avoir entendu les informations à la radio. Je n’ai pas voulu le publier à chaud après tout je ne suis pas à la minute même si l’urgence est pourtant là. Avec cet article je voulais vous parler d’écologie.

 

 

Aujourd’hui nous sommes le 20 mars et si la neige est toujours là, le soleil nous gratifie d’un de ses doux rayons matinaux qui vous réchauffent agréablement. 

Aujourd’hui c’est le printemps.

Aujourd’hui c’est la journée internationale du bonheur.

 

Demain, Charlie aura 17 mois… Oui, et après ? Quel avenir pour nos enfants ?

 

Aujourd’hui est une journée faite pour être parfaite et pourtant ce n’est pas le bonheur que je ressens. Aujourd’hui les sentiments que j’éprouve sont la peur, la peine, la colère et l’incompréhension.

 

Aujourd’hui… Les oiseaux disparaissent de nos campagnes.

 

 

Article lié : Nos 20 bonnes résolutions écolo-parentales pour 2018 + guide gratuit des bonnes habitudes à télécharger

 

 

 

Un avenir cousu de printemps silencieux

 

Le printemps. Les fleurs qui reviennent. Les arbres qui bourgeonnent. Les oiseaux qui chantent. Le printemps c’est un peu de tout ça. 

Savoir qu’il arrivera rend le froid de l’hiver plus doux. Cette saison est un peu comme le cycle de la vie. Il est la preuve qu’elle reprend toujours le dessus… Oui, mais pour combien de temps ?

 

Ce matin je viens d’apprendre qu’un tiers des oiseaux de nos campagnes ont disparu en seulement 15 ans. 15 ans ! Est-ce que vous vous rendez seulement compte ? 

Nos enfants auront cette année, 30% plus de mal à entendre les oiseaux chanter que nous lorsque nous étions enfants. 

Pourront-ils seulement encore les entendre dans 15 ans ?

 

D’après les scientifiques les pratiques agricoles, au premier rang desquelles l’usage des pesticides, sont la cause de cette disparition…

 

Les insectes disparaissent déjà et nous le savons mais les insectes n’intéressent pas grand monde. Ils font du bruit la nuit, sont moches et nous piquent. Pourtant ils disparaissent massivement depuis 20 ans maintenant. Une étude révèle qu’en Allemagne 75% à 80% des insectes volant ont disparu en 20 ans…

 

Les abeilles qui travaillent valeureusement pour nous en faisant du miel disparaissent aussi et l’ont réfléchi aujourd’hui, non plus seulement à des solutions pour les sauver, mais à la conception de robots pollinisateurs…

 

Nous sommes de plus en plus nombreux et nous consommons en dépit du bon sens. En 2017 l’humanité vivait à crédit à partir du 2 aout en ayant déjà consommé la totalité des ressources que la Terre peut renouveler en un an avant cette date.

 

Triste bilan.

 

 

Article lié : Le DIY anti moustique bio et naturel à réaliser en famille

 

 

 

Le futur de nos enfants entre nos mains

 

Nous étions peut-être encore enfants il y a 15 ans mais nous n’avons désormais plus personne derrière qui nous cacher.

 

Si j’ai peur aujourd’hui, si je suis triste, en colère et si je ne comprends pas qu’on ne se saisisse pas davantage du problème à bras le corps… Je suis aussi pleine d’espoir.

 

Je crois que se dire qu’individuellement nous ne pouvons rien, que baisser les bras et se résigner ne changeront en effet pas la face du monde.

Mais je crois aussi que l’on peut et l’on doit prendre nos responsabilités.

 

Je sais que ce n’est pas évident, qu’on ne sait pas par où commencer, qu’on a d’autres préoccupations tout aussi importantes comme s’assurer que l’on arrivera ce mois-ci encore à nourrir ses enfants et leur assurer un toit au-dessus de la tête. Surtout quand la fin de la trêve hivernale approche. 

 

Il me semble pourtant que faire reposer uniquement sur les épaules des autres ce problème et le reléguer au second rang de nos priorités reviendrait à continuer ainsi. Cela reviendrait à ne pas pouvoir garantir une Terre où pourront vivre les générations futures.

 

 

Article lié : Pourquoi je ne veux pas protéger mon enfant de tout ?

 

 

 

Nos petites mains peuvent bâtir un autre avenir pour les générations futures

 

Je ne saurais vous dire exactement ce qu’il convient de faire. Une chose est sûre, il est indispensable que les pouvoirs publics se mobilisent bien davantage que ce qu’ils ne l’ont déjà fait au cours des 20 dernières années.

 

En ce qui nous concerne nous allons continuer de mettre en place de bonnes habitudes écologiques

 

Je m’étais aussi renseignée pour savoir comment lutter contre l’extinction des abeilles :

– en parrainant des ruches ou en installant une ruche dans son jardin

– en consommant du miel local pour soutenir les apiculteurs

– en fleurissant nos balcons et jardins (avec des graines et fleurs bio)

– en supprimant les pesticides de nos produits de jardinage

– en ayant des poules pour lutter contre les frelons asiatiques qui tuent les abeilles

 

Nous n’avons pas de jardin, la ruche est donc chez ma maman et des poules arriveront bientôt.

 

Pour les insectes il est possible d’installer des hôtels à insectes.

Pour les oiseaux nous allons fabriquer une petite maison à mettre sur notre balcon et installer un mangeoire.

 

Enfin si vous souhaitez agir en famille vous pouvez aussi trouver sur le site de « J’agis pour la nature » des activités pour ramasser des déchets ou protéger la nature. Il me semble que c’est une jolie façon d’agir tout en trouvant une activité à effectuer en famille pleine de sens et de valeur.

 

 

Article lié : Devenir papa : la grossesse vécue du côté des papas

 

 

 

J’espère que les oiseaux renaitront et que les printemps chanteront de nouveau. J’espère que ce billet d’humeur vous aura donné envie d’agir ou au moins rendu curieux. 😉

 

Il faut que tu respires

Il faut que tu respires

 

 

 

Commentaires

  1. Virginie NeleditesàPersonne
    23 mars 2018 / 12 h 03 min

    J’ai du coup déjà écris ça sur mon partage FB; mais j’ai moi même observé la disparition de nombreux insectes cet été, en voulant les faire découvrir à mon fils. Je me suis fait la réflexion de me dire que lorsque j’étais gamine, on jouait avec les sauterelles, les libellules … et que l’on n’en voyait plus.
    Tout cela m’attriste et m’inquiète réellement. Mais le pire c’est que j’ai parfois l’impression de passer pour une pleureuse quand je m’en inquiète à voix haute ! Pourtant on voit de plus en plus de prise de conscience, individuel pour beaucoup; mais les pouvoirs publiques semblent complétement hermétiques ! On est lancé dans une course folle, à la productivité, au profit … et tant que personne ne tapera du poing sur la table pour dire stop.. Et du coup, tu as complétement raison; il faut impérativement continuer à faire toutes ces petites choses à notre niveau, ne serait-ce que pour montrer l’exemple !

    • Julie Olk
      Auteur
      24 mars 2018 / 9 h 03 min

      Tu as complètement raison malheureusement. Moi aussi je constate cette disparition…. 
      Je suis aussi attristée de toi de voir l’absence de réaction des pouvoirs publics et pourtant il y a urgence.
      Il faut changer les choses et vite 😡

  2. Angie
    23 mars 2018 / 8 h 03 min

    Bonjour Julie 🙂 Magnifique article. Il est vrai que notre génération a une sacré responsabilité envers nos tout-petits et leur avenir. Il n’y a plus à prouver maintenant que si les choses ne changent pas et vite, du point de vue environnemental, leur avenir et ceux de leurs enfants sera bien… compliqué. Comme tu dis il ne faut pas baisser les bras au niveau individuel et surtout transmettre de bonnes habitudes : la recyclage, l’alimentation, notre consommation de manière générale. Si chacun y met du sien alors nous changerons les choses. Je te souhaite une belle journée (en tout cas j’espère chez toi, car à Rennes il pleut 😆 ). Bisous ! 

    • Julie Olk
      Auteur
      24 mars 2018 / 9 h 03 min

      Merci beaucoup pour ton message 😃
      Ici nous avons beau temps alors j’espère que ton week-end à Rennes ne sera pas trop pluvieux 😉
      En tous cas je suis d’accord avec toi, il faut que nous y mettions tous du notre ! ❤

  3. Claire
    23 mars 2018 / 10 h 03 min

    Personnellement, je n’attends rien des pouvoirs public sinon, on avancera jamais ! 
    Je suis plus pour faire ma part du colibri, que le changement commence par nous même et ça peut ensuite faire boule de neige.
    Concernant la sauvegarde des oiseaux, il est possible de devenir refuge LPO : https://www.lpo.fr/refuges-particuliers/mode-demploi-et-inscription
    🙂 

    • Julie Olk
      Auteur
      24 mars 2018 / 9 h 03 min

      J’ai peur que sans les pouvoirs publics ce soit compliqué malheureusement. Si certains essayent de faire leur part ce n’est pas le cas de tous le monde. Certains ont besoin d’être accompagnés dans cette transition.
      En tous cas merci beaucoup pour les refuges oiseaux je ne connaissais pas du tout et vraiment je trouve ça super !!! 👍

  4. Madame Bobette
    26 mars 2018 / 11 h 03 min

    Tu as tellement raison. J’ai été effarée quand j’ai entendu cette nouvelle. Je ne fais sûrement pas assez mais j’essaie de faire chaque jour un peu plus attention et il est certain que je sensibiliserai mes enfants à ce combat qui nous concerne tous.

    • Julie Olk
      Auteur
      27 mars 2018 / 10 h 03 min

      Toi aussi tu l’as entendu…😟
      Oui il faut se forcer un peu à faire chaque jour un peu plus je crois que tu as raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.