Choisir son accouchement : Comment accoucher et où ?

 

Préparer la naissance de bébé c’est aussi préparer son accouchement. Mais que faut-il faire exactement pour préparer son accouchement ? Bien sûr suivre ses cours de préparation à l’accouchement, préparer sa valise maternité aussi et puis… Se demander ce que l’on veut comme accouchement.

 

En ce qui me concerne je ne me suis pas posée la question et j’avoue que je le regrette. Il faut dire que je n’avais pas vraiment le choix à cause des complications de ma grossesse. Pourtant j’avoue que j’aurai aimé savoir que d’autres options existaient.

 

Alors comment accoucher et où ?

Encore une fois je ne suis pas une professionnelle mais j’ai voulu pour cet article prendre le temps d’approfondir un peu la question. Je vous propose donc un petit tour d’horizon des options possibles. 

 

 

Article lié : Avec ou sans anesthésie péridurale : la naissance d’un faux débat autour de l’accouchement

 

 

 

Choisir le lieu de naissance 

 

Vous avez la possibilité de choisir l’endroit où vous allez accoucher. Ce choix est bien évidemment lié au lieu où vous habitez et à la façon dont vous souhaitez accoucher. Prenez donc le temps de bien vous renseigner et voir ce qui existe à proximité de votre domicile.

 

La maternité

La maternité est le lieu qui accueille environ 98% des accouchements. Il faut savoir qu’il existe 3 niveaux de maternité :

– Les maternités de niveau I 

Elles ont une unité d’obstétrique et pratiques les actes pédiatriques courants. Elles peuvent prendre en charge les accouchements ne présentant pas de risques particuliers.

– Les maternités de niveau II

Ces maternités ont une unité d’obstétrique complétée par une unité de néonatalogie spécialisée dans les soins aux nouveaux nés. Elles peuvent accueillir les prématurés dès 33 semaines.

– Les maternités de niveau III

Elles peuvent gérer des accouchement plus compliqués et disposent donc en plus d’une unité de réanimation de néonatale. Elles peuvent s’occuper des prématurés de moins 32 semaines.

Le choix de votre maternité dépend donc aussi de votre grossesse et des risques qu’elle présente.

 

La maison de naissance

Elle accueille les femmes dont la grossesse ne présente aucun risque particulier et pour lesquelles un seul enfant est attendu. Elle accompagne les futurs parents tout au long de la grossesse au travers de la préparation à l’accouchement, du suivi de grossesse et de l’accouchement.

Ces maisons de naissance ne sont autorisées en France que depuis 2014 et sont situées à côté d’une maternité de façon à pouvoir être réactif en cas de problème éventuel. Le retour à la maison ce fait dans les 24h qui suivent l’accouchement et les sages-femmes passent ensuite tous les jours pour s’assurer que tout se passe bien.

L’idée est d’offrir aux futurs parents un cadre paisible et intime ainsi qu’une écoute et un accompagnement bienveillant.

En l’absence d’anesthésiste il n’y a pas de péridurale. Ce lieu s’adresse donc principale à celles qui sont désireuses d’un accouchement plus naturel.

 

Le domicile

Tout comme pour les maisons de naissances, seules les femmes dont la grossesse ne présente aucun risque particulier ont cette possibilité. Il va donc falloir trouver un médecin ou une sage-femme proche de votre domicile qui le pratique. Ce n’est pas évident car les assurances qui leurs sont demandées sont souvent hors de prix. Le prix de cet accouchement est d’ailleurs plus onéreux que dans une maternité publique bien qu’une partie soit tout de même prise en charge par la sécurité sociale.

A noter qu’ici il ne peut y avoir de péridurale.

 

 

Article lié : Comment bien préparer son projet de naissance ?

 

 

 

Comment accoucher ?

 

L’idée ici n’est pas ici de vous faire un dessin mais de vous dire qu’il existe plusieurs possibilités auxquelles vous pouvez réfléchir.

 

Par voie basse

Il s’agit de l’accouchement « classique » qui est possible quelque soit le lieu de naissance que vous aurez choisi. La présence du futur papa (ou d’un autre proche) est tout à fait possible pour ce type d’accouchement.

En accouchement par voie basse à la maternité, on peut choisir d’opter ou non pour une anesthésie. 

 

Par césarienne

Pour l’accouchement par césarienne la paroi abdominale de la maman est incisée pour faire sortir l’enfant. On peut y recourir par exemple dans le cas d’une grossesse multiple ou encore quand bébé est mal engagé. 

Elle est pratiquée sous anesthésie locale ou générale.

Selon le lieu et les conditions d’urgence dans lesquelles la césarienne est pratiquée le futur papa pourra éventuellement être à vos côtés.

 

Avec déclenchement 

L’accouchement peut-être déclenché lorsque le terme est dépassé ou encore lorsque la maman a certaines pathologies comme ce fut mon cas. L’idée est soit de mettre la future maman sous perfusion d’ocytocine soit d’insérer des prostaglandines dans le vagin dans le but de déclencher le travail. En ce qui me concerne la maternité a opté pour la perfusion. 

Le papa peut être présent aux côtés de la future maman et attendre avec elle que le travail débute.

 

Dans l’eau

Cette option reste pour moi la plus mystérieuse.^^ Le principe est ici d’accoucher dans un bain dont la température est équivalente à celle du corps humain. De cette façon bébé passe d’un environnement aquatique à un autre et l’eau chaude aide à réduire les douleurs. L’autre parent peut bien sûr être présent.

Tous les lieux d’accouchement ne permettent pas de choisir cette option.

 

Choisir sa position d’accouchement 

Aujourd’hui nous accouchons, pour la majorité d’entre nous, en position allongée. Il existe pourtant d’autres positions. En Allemagne et au Royaume-Uni il semble que de nombreuses femmes choisissent d’accoucher dans la position sur le côté.

Allongée, sur le côté, accroupie, assises… Certains lieux de naissances vous laissent la possibilité de choisir. A Paris, c’est notamment le cas de la maternité des Bleuets.

 

 

Article lié : Comment bien vivre sa grossesse sous anticoagulants ?

 

 

 

Connaître les options qui s’offrent à nous est toujours intéressant même si au final on choisit d’accoucher tout simplement par voie basse en maternité comme la grande majorité des femmes aujourd’hui. Au moins ce choix aura été fait en connaissance de cause.

Même moi qui n’ait pas eu le choix je regrette de ne pas avoir eu une présentation de tous les lieux et toutes les différentes options possibles concernant l’accouchement. Avoir toutes les informations m’aide à mieux comprendre et appréhender le sujet.

Si vous souhaitez ajouter quelque chose ou partager votre expérience, n’hésitez pas et laissez moi un commentaire. 😉

 

comment accoucher

 

comment accoucher

 

 

Commentaires

  1. Pauline
    19 mars 2018 / 3 h 03 min

    Merci pour cet article que je trouve très juste. Il me semble aussi très important de se renseigner pour avoir le choix et se sentir actrice de son accouchement afin de ne rien regretter. Après, le jour J on fait ce qu’on peut et parfois on doit faire face à des imprévus. 

    Je me permets toutefois d’ajouter une autre possibilité, peut être moins connue : l’accouchement en plateau technique. Certaines maternités passent une convention avec des sages femmes libérales qui les autorise à venir utiliser le plateau technique de la maternité pour l’accouchement de leurs patientes suivies dans leur cabinet. Ce sont en général des accouchements physiologiques mais puisque l’accouchement a lieu au sein de la maternité, le recours à la péridurale reste possible. C’est un très bon compromis pour celles qui veulent un accouchement naturel mais qui sont un peu stressées par les risques de complications ou la peur de la douleur.
    Énormes avantages (liste non exhaustive) : 1. c’est votre SF libérale qui assure l’accouchement et seulement elle. Donc sauf complications, vous ne verrez pas passer 10 SF différentes qui toutes vous examineront… 2. Pour ma part il était convenu que ma SF vienne à la maison une fois le travail bien engagé et que nous partirions ensemble à la maternité le plus tard possible. Donc finalement je n’ai passé que 4h à la maternité sur plus de 15h de travail.
    3. Votre sage femme vous connaît bien ainsi que votre projet de naissance et elle fera tout pour le respecter. Elle n’a pas d’autre impératif, pas d’autres accouchements à gérer donc elle prendra le tps avec vous et seulement vous.
    4. En principe, tout est envisageable, accouchement dans l’eau, accroupi, à 4 pattes… bref, pas de restrictions ! 

    • Julie Olk
      Auteur
      26 mars 2018 / 10 h 03 min

      Merci beaucoup pour ce complément ! Je trouve ça très intéressant, vraiment! Je vais creuser le sujet et voir comment l’ajouter à l’article 😉

  2. Claire
    19 mars 2018 / 4 h 03 min

    Et oui, généralement, pour le premier, on se dit que le mieux c’est d’aller au plus près. J’avais choisi d’accoucher en plateau technique, mais ça n’a pas pu être possible, car ma fille était présenté en siège. Cette fois-ci, j’ai choisi un hôpital qui est à 1h de route, mais qui a le label IHAB ce qui est vraiment un critère très important pour moi. Je souhaite vraiment accoucher de manière physiologique et du coup, je me suis énormément documenté.Ce qui m’a frappé pour mon premier accouchement, c’est qu’on est complètement assisté durant toute la grossesse et l’accouchement et ensuite, quasiment plus rien ! 

    • Julie Olk
      Auteur
      26 mars 2018 / 10 h 03 min

      Merci beaucoup pour ton témoignage Claire ! Tu t’étais déjà beaucoup documenter dès la première fois, je trouve ça vraiment super ! 👍 C’est vrai en tous les cas que parfois on se retrouve après un peu solo et ce n’est pas toujours simple malheureusement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.